Ces routines qui nous font du bien

Je suis faite de routines et d’habitudes : vous l’êtes aussi. Est-ce seulement possible que l’une de ces deux notions soit plus négative que l’autre ? Je ne voulais écrire que sur l’une d’elles, peut-être par habitude… Mais je me suis ravisée, les deux ensembles, je crois que nous allons les faire danser. 

Cliquez ici si vous préférez la version audio !

Ces routines qui nous font du bien

De prime abord, « l’habitude » et « la routine » sont semblables. En effet, le dictionnaire propose une définition de la routine comme suit : « ce qui est fait par habitude, toujours de la même manière ». L’habitude correspond quant à elle à « une manière d’être, de se comporter, acquise par la répétition ». Les deux termes semblent ainsi similaires. Or s’il est possible de développer de mauvaises habitudes, on ne peut pas avoir de mauvaises routines. Étonnant, puisque c’est pourtant la même personne qui développe ses habitudes et qui a des routines.

L’habitude est une réaction à une situation donnée ou à un environnement particulier, qui se caractérise par une répétition d’actes ou de mots, comme des réflexes. La mise en place de cette habitude est marquée par un effort. Il est également difficile de s’en défaire : d’où l’expression « mauvaise habitude ». Proust notamment définit l’habitude comme

« une aménageuse habile mais bien lente et qui commence par laisser souffrir notre esprit pendant des semaines dans une installation provisoire : mais que malgré tout il est heureux de trouver, car sans habitude et réduit à ses seuls moyens il serait impuissant à nous rendre un logis habitable ». 

Proust

L’habitude est donc inévitablement nécessaire à l’organisation de nos vies, mais peut nous être défavorable. Or, le vilain défaut de l’habitude est bien son caractère mécanique, qui nous priverait de liberté. A contrario, selon Claude Romano, auteur de l’Équivoque des habitudes, ce qui est routinier est forcément un choix éclairé que l’on fait pour soi uniquement. 

J’aimais la force d’esprit de l’habitude pour finalement qu’elle me déçoive par son manque d’ambition. Paradoxale lorsque l’on sait qu’Aristote explique que c’est la répétition et l’habitude qui forge le succès… Finalement la routine et son libre arbitre m’ont charmée. L’introvertie, que je suis, voit en ces petites actions conscientes et répétées de petites victoires, un vivier de valeurs qu’il me tarde de vous dévoiler. Quels secrets se cachent alors derrière la routine ? 

Découvrons ensemble, sans se lasser, ce que la routine a à nous raconter. 

La routine et ses valeurs universelles

« Liberté j’écris ton nom » disait Eluard. Cet artiste, ce poète, avant d’écrire ces mots pleins de force et de valeurs, avait développé une routine pour mener son inspiration. La liberté et la volonté sont deux valeurs qui guident de nombreux artistes. Mais ce sont également deux valeurs essentielles qui différencient l’habitude de la routine. 

La volonté à la base des routines

La routine, nous le savons, est le fruit indéniable de la répétition, avec une fréquence plus ou moins importante. Après avoir identifié ce que l’on aimait faire, on choisit de le mettre en pratique régulièrement. C’est à nous de décider quand et de quelle manière cela arrivera. La routine en ce qu’elle est personnelle et bénéfique se veut l’expression de notre volonté. Elle n’est imposée par quiconque et ne bénéficie à personne d’autre que nous, elle est un choix affirmé.

Contrairement à l’habitude, elle ne nécessite aucun effort plus ou moins conséquent pour être mise en place. Je me fais un café, chaque matin, parce que j’aime le boire, non pas parce que c’est une habitude que j’ai prise et que finalement je n’aime pas tant ça à y penser. Cette idée de régularité est paradoxale puisqu’elle pourrait sous-entendre qu’on renie notre liberté, pour s’enfermer dans un schéma. Or la volonté est ici encore une réponse : c’est le refus de l’ennuie. Dès lors que l’ennui s’installe, la routine doit évoluer. 

Elle est donc la constance sans les désavantages. La routine se veut être un choix actif et non passif. 

Cette liberté cachée derrière chaque acte routinier

Celui qui met en place une routine le fait en pleine conscience, il est libre. Il ne subit de pression d’aucun colocataire, d’aucune société que ce soit : c’est son moment, à lui pour lui. Ce choix éclairé est destiné à le rendre meilleur. 

Contrairement à l’habitude, la routine est libre et permet à ce titre de lutter contre la paresse. Drôle de réflexe que de penser à cette idée. Celui qui reproduit les mêmes choses tous les jours seraient un paresseux. 

La flemme le forcerait à toujours préparer la machine à café la veille plutôt que le jour même pour avoir un café… Mais en réalité, ce flemmard choisit librement de ne pas avoir à faire d’effort dès son réveil de préparer cette cafetière pour boire ce café !  Il se réveille serein. De plus, Claude Romano explique que « flexibilité et souplesse sont aux antipodes de tous mécanismes ». Ainsi le routinier s’adapte au contexte, et sa liberté n’en est pas pour autant impactée. Rien n’est alors chamboulé dans une routine : quoi de plus libre qu’un être qui s’adapte ? 

La routine : cette source de confiance en soi

Brique par brique, nous nous construisons tous notre zone de confort. La routine selon moi est le ciment de notre stabilité, formée par le courage et un besoin de réconfort.  

Routine, courage et victoire

On se plaît à dévoiler notre quotidien et nos aventures sur les réseaux sociaux, pour montrer au monde ce que s’est d’être soi. Mais nous savons pertinemment que la confiance en soi ne tombe pas du ciel, qu’elle se travaille et qu’elle est rarement le fruit de nombreux posts Instagram, au contraire. Mais je ne diabolise rien ici, je suis la première à être concernée

Néanmoins, il est coutume de dire, que faire son lit est le premier pas vers la victoire. Et que si la victoire se transforme en échec, il est possible, finalement, de se coucher dans un lit fait, pour recommencer le lendemain. La routine est ce courage de faire son lit. 

La routine est une « to do list » personnelle, avec des tâches simples que l’on peut cocher mentalement et dont personne n’aura jamais trop conscience. Elle aide, à se sentir capable. Ainsi quand le petit moral est au plus bas, on se rend fier des petits accomplissements journaliers. Je réussis à faire mon lit, mon trait d’eye liner, à sortir chercher le pain. 

La routine est un outil fort pour se reprendre en main : et se reprendre en main est un acte courageux. 

Confort et réconfort comme un échos à la routine

« La gratitude peut transformer la routine en jour de fête »

William Arthur Ward

Dans le droit fil du courage, la routine rassure parfois, en ce qu’elle est cette bouée à laquelle on peut se raccrocher. 

Lorsque tout flanche, que la semaine est un enfer on sait que l’on peut toujours se faire couler un bain, ou regarder Shining (ou les deux). En effet, ce sont ces petites choses qui font du bien. Finalement il importe peu que l’on sache déjà si la folie de l’isolement aura raison de Jack Torrens. L’important est, qu’après l’avoir vu pour la centième fois, on se sente mieux, comme au premier visionnage. Tout reprend à zéro pour devenir meilleur, une fois que ces mauvais moments sont évacués. 

C’est dans ces instants où l’on se perd dans la démonstration, dans le « regardez-moi », qu’il est essentiel de se reconnecter à son espace intime. C’est un moment qu’on s’accorde pour soi, pour refaire le plein de cette énergie intérieure dont on a besoin. Les introvertis notamment doivent pouvoir se ressourcer loin des yeux des autres. Ce monde va vite, il nous épuise plus ou moins rapidement. Alors il faut quelque part avoir cette routine, pour ne pas n’oublier pas de respirer, c’est important.

Soyez donc heureux de ces petites choses qui vous font du bien. Soyez satisfaits de ces petites victoires, de ces rituels qui vous rendent courageux, libres, volontaires. Si vous n’aimez pas ce que vous êtes, ce que vous devenez, changez petit à petit pour constater votre progression et vous en réjouir. Sans mécaniques faites ce que vous aimez. 

Moi par exemple, j’aime conclure par des phrases alambiquées. Alors voilà : si nous sommes notre routine, alors je suis un café au lait.  

Et vous, qu’êtes-vous ? 

Hissez-haut, tous les jours avec passion, 

VL


N’hésitez pas à me faire part de vos mots doux, de vos impressions. Dites moi comment s’organise votre quotidien, par exemple, ou racontez-moi une histoire.

Je vous invite également à me suivre sur Instagram

Une réflexion sur “Ces routines qui nous font du bien

  1. Alex

    Ayant principalement concentré mon attention sur la reprise du travail, ce n’est que maintenant que je lis ce bel article…
    J’aurais tout de même une interrogation !
    Tu soulignes les bienfaits de la routine par rapport aux habitudes qui peuvent être « mauvaises ». Cependant, certaines personnes peuvent devenir prisonniers de leur routine et cela peut parfois avoir de graves conséquences. Ces routines pourraient-elles donc aussi avoir un aspect néfaste dans certaines mesures ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.